Dicembre 19, 2021
Da Malacoda
165 visualizzazioni

Sull’operazione Sibilla. Scritto dell’anarchico Alfredo Cospito

28 novembre 2021

Nella speranza riescano a passare la censura, butto su carta queste poche righe.

Innanzitutto, affetto e solidarietà alle compagne e compagni che sono stati coinvolti in questa ennesima pagliacciata repressiva. In particolar modo a Michele che si trova agli arresti domiciliari e a tutti/e gli/le altri/e compagni/e di “Vetriolo”, e dei siti anarchici “Round Robin” e “Malacoda” che sono stati oscurati.

Rimando poi al mittente la “solidarietà” pelosa che formazioni democratiche e riformiste come “Potere al Popolo”, “Rifondazione Comunista” e “Partito Comunista Italiano” mi hanno indirettamente dato solidarizzando con gli inquisiti dell’operazione “Sibilla”.

Non ho bisogno della vostra “solidarietà” perché sulla vostra democrazia sputo sopra, come sputo sopra la vostra costituzione. Non mi sono mai piaciuti i piagnistei sulla libertà d’opinione e quindi non mi soffermerò sul mancato rispetto della libertà di pensiero.

Detto questo, voglio ribadire che sono e siamo stati inquisiti non per delle parole in libertà, o qualche scritta sul muro, ma per quello che siamo: anarchiche e anarchici coerenti. Questa ennesima operazione repressiva va a colpire, tra le altre cose, un giornale anarchico e rivoluzionario come “Vetriolo”, che in un periodo pregno di rivolte (e quindi di occasioni da non mancare) e di confusione ideologica ha continuato imperterrito a fomentare lotta di classe in un’ottica anarchica ed insurrezionale. Voglio, per finire, essere molto chiaro su un punto: la teoria se non è accompagnata dalla prassi è merda o poco più. Permettetemi di dire, con un minimo di orgoglio, che la mia vita (come la vita di ogni anarchico e anarchica degni di questo nome) è caratterizzata dal tentativo di far collimare teoria e azione.

Ai servi del potere dico una cosa sola: potete tenermi in galera per il resto della vita ma rassegnatevi, non riuscirete a togliermi la coerenza e il rispetto di me stesso, né tanto meno il piacere e la voglia di combattervi.

Sempre per l’anarchia.

Alfredo Cospito, prigioniero anarchico


Un texte d’Alfredo Cospito sur l’opération Sibilla (Italie)

28 novembre 2021.

Je couche sur papier ces quelques lignes, dans l’espoir qu’elles arrivent à passer la censure.

Avant tout, toute mon affection et toute ma solidarité vont aux compagnonnes et aux compagnons qui ont été impliqué.e.s dans cette énième mascarade répressive. En particulier à Michele, qui est aux arrestations domiciliaires, et à tou.te.s les autres compas de Vetriolo et des sites anarchistes Round Robin et Malacoda, qui ont été rendus inaccessibles [depuis l’Italie ; NdAtt.].

Ensuite, je renvoie à l’expéditeur la « solidarité » intéressée que des formations démocratiques et réformistes comme Potere al Popolo, Rifondazione Comunista et le Partito Comunista Italiano m’ont indirectement donnée, en exprimant leur solidarité avec les personnes sous enquête pour l’opération Sibilla.

Je n’ai pas besoin de votre « solidarité », parce que je crache sur votre démocratie, comme je crache sur votre constitution. Je n’ai jamais aimé les pleurnicheries sur la liberté d’opinion, du coup je ne m’arrêterai pas sur le manque de respect pour la liberté de pensée.

Ceci dit, je veux réaffirmer que j’ai été et nous avons été accusé.e.s non pas pour des mots ou pour des tags sur des murs, mais pour ce que nous sommes : des anarchistes cohérent.e.s. Cette énième opération répressive frappe, entre autre, un journal anarchiste et révolutionnaire comme Vetriolo, qui, dans une époque chargée de révoltes (et donc d’occasions à ne pas manquer) et de confusion idéologique, a continué à attiser intrépidement la lutte de classe dans une optique anarchiste et insurrectionnelle. Pour finir, je veux être très clair sur un autre point : la théorie, si elle n’est pas accompagnée par la pratique, c’est de la merde, ou peu plus. Permettez-moi de dire, avec une pointe de fierté, que ma vie (comme la vie de tout anarchiste digne de ce nom) est caractérisée par la tentative de faire concorder la théorie et l’action.

J’ai une chose seule à dire aux serviteurs du pouvoir : vous pouvez me garder en prison pour le restant de ma vie, mais résignez-vous, vous n’arriverez pas à m’enlever ma cohérence et mon respect pour moi-même, ni, encore moins, le plaisir et l’envie de vous combattre.

Toujours pour l’anarchie,

Alfredo Cospito, prisonnier anarchiste

[Depuis attaque.noblogs.org].




Fonte: Malacoda.noblogs.org