Settembre 16, 2021
Da Malacoda
101 visualizzazioni


IT: Una favoletta immorale.

UN PETITE HISTOIRE NON ÉDIFIANTE

Les anarchistes lisent beaucoup et Ă©crivent encore plus ; peut-ĂȘtre que c’est Ă  cause d’un excĂšs de culture livresque qu’on parle tout le temps, Ă  tort e Ă  travers, d’éthique, mĂȘme lorsqu’on a du mal Ă  la comprendre et on oublie de l’appliquer dans la vie de tous les jours. Et
 quand on se rend compte de cet erreur, on Ă©crit Ă  nouveau des pages et des pages (il n’est pas clair si celles-ci sont destinĂ©es Ă  une utilisation privĂ©e ou Ă  un public sĂ©lectionnĂ©), remplies Ă  craquer de rectifications qui sont encore plus bancales et hypocrites que les dĂ©clarations faites au tribunal, quand elles ne sont pas comiques Ă  cause de leurs laborieuses contradictions.

Ça ne m’amuse pas de jouer les moralisateurs, enfermĂ©e dans ces quatre murs, mais, Ă©tant donnĂ© que certains silences risquent d’ĂȘtre remplis par les bavardages d’autres personnes, je pense qu’il faut faire face Ă  un curieux phĂ©nomĂšne d’inversion du sens et des rĂ©fĂ©rents du discours, quelque chose qui remonte Ă  il y a deux ou trois ans et qui n’a jamais Ă©tĂ© clarifiĂ©.

A l’occasion de l’une des nombreuses procĂ©dures rĂ©pressives contre des anarchistes, les inculpĂ©s, en taule depuis un mois, ont dĂ©cidĂ©, comme stratĂ©gie dĂ©fensive, de faire des dĂ©clarations volontaires, qui ont Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©es au juge des libertĂ©s en fĂ©vrier 2019.

Sans rentrer dans le fond des contenus, la premiĂšre incohĂ©rence est que ce choix est cachĂ© aux compagnons, au mouvement (
cette entitĂ© mystĂ©rieuse, Ă  laquelle nous tous faisons quand-mĂȘme rĂ©fĂ©rence), ce qui fait que quelqu’un a donc affichĂ© ses opinions politiques et « Ă©thiques Â» (avec tous les guillemets nĂ©cessaires) Ă  propos des pratiques d’attaques, des modalitĂ©s de se relationner et des diffĂ©rents domaines d’intĂ©rĂȘts des mouvements
 seulement devant les juges.

Bizarre, n’est-ce pas ?

Dans ma croyance naĂŻve en la droiture de ceux qui font partie de ce mouvement, j’ai grandi en entendant un refrain diffĂšrent, quelque chose de simple : qu’on discute entre nous, mĂȘme de maniĂšre farouche, mais qu’on laisse l’escrime ou le couperet en dehors des tribunaux.

Au contraire, la morale de cette histoire est diffĂ©rente, plus dans l’air du temps.

Et une fois que les dĂ©gĂąts sont faits, si quelqu’un s’en aperçoit, on va essayer d’arranger ça, de maniĂšre diffĂ©rente selon l’interlocuteur Ă  qui on a affaire.

J’ESPÈRE DE M’EN SORTIR

La boussole « Ă©thique Â» dont on parle tant devint un poids inutile, quand on louvoie en essayant de se maintenir Ă  flot.

L’« attitude prudente Â» Ă  posteriori, « dans le but de ne pas empirer l’erreur en ajoutant des mots utiles Ă  la rĂ©pression Â», fonctionnelle au fait de ne pas discuter publiquement des arrangements successifs causĂ©s par le fait qu’on a choisi de dialoguer avec des reprĂ©sentants de la rĂ©pression, a l’air particuliĂšrement maladroite et grave. Le fait de ne pas vouloir Ă©taler tout ça sur internet, quand on l’a dĂ©clarĂ© au tribunal, est un renversement de valeurs Ă©vident.

Le fait qu’un tel louvoiement entre des accusations Ă  rĂ©cuser avec indignation et la dĂ©fense de sa propre conscience immaculĂ©e soit appelĂ© « cette ligne fluctuante entre le technique [dans le sens de « dĂ©fense technique Â» ; NdAtt.] et le politique Â» ou encore affirmer que, dans le secret du confessionnal-tribunal, on n’aurait fait que des Â« dĂ©clarations de principe Â», tout en se libĂ©rant au passage d’un poids, ne fait que dĂ©montrer Ă  quel point est vacillant, molle comme de la gĂ©latine, le fondement sur lequel s’appuie l’action « politique Â» de certaines personnes.

LES HYPOCRISIES SUR LA SÉCURITÉ

En cette Ă©poque de police de la pensĂ©e, je crois que nous sommes tous (ce qui frĂ©quentent les mouvements de lutte et, par consĂ©quent, aussi les tribunaux) conscients du fait que le pouvoir nous fait payer nos idĂ©es et la solidaritĂ© entre compagnons avec des annĂ©es de vie volĂ©e et que souvent les opĂ©rations policiĂšre ont lieu, plutĂŽt qu’à partir de dĂ©lit prĂ©cis, Ă  partir de l’examen que la police effectue des positions exprimĂ©es sur des journaux et des publications, Ă  partir des expressions de solidaritĂ©, de la vivisection qu’ils opĂšrent de nos rapports humains.

Au vu de tout cela, on rappelle souvent qu’il faut faire attention, qu’il faut prendre en compte le sens de chaque phrase, de chaque slogan. Mais cela (que ce soit en public ou en privĂ©) doit avoir lieu en positif, Ă  l’avance, aprĂšs avoir soupesĂ© les contenus, et non aprĂšs, par crainte d’une sanction. En cas contraire, l’éthique devient de la marchandise en vente, soldĂ©e car dĂ©fectueuse.

SUR LE FOND

Face aux faits, la premiĂšre chose Ă  faire serait de
 faire l’effort de les comprendre, avant de prendre position, cela non seulement dans le but de se dĂ©fendre. Se presser Ă  donner ses explications, suite Ă  une lecture craintive des chefs d’inculpation ou bien au battage mĂ©diatique, est quelque chose qui dans le pire des cas produit des monstres et dans le meilleur des cas produit des hypocrisies dĂ©plaisantes et des simplifications qui font le jeu des inquisiteurs.

La responsabilitĂ© individuelle, le refus des structures hiĂ©rarchisĂ©es ainsi que le refus mener des actions indiscriminĂ©es sont des choses qui vont de soi, pour des anarchistes : je peux dĂ©cider de les rĂ©affirmer dans un tribunal ou pas, sur la base de plusieurs facteurs. Le problĂšme de fond est la syntonie avec ses coĂŻnculpĂ©s, la solidaritĂ© entre compagnons.

Le problĂšme de fond est, surtout, la conscience que les juges jouent salement, nous non, ou du moins il ne faudrait pas, mĂȘme pas par des mots ; des mots qui finissent seulement par salir qui les prononce de façon irrĂ©flĂ©chie.

Anna
juin 2021

P. S. : Si cette petite histoire vous paraßt trop cryptique, vous pouvez commencer la chasse au trésor pour trouver les différents arrangements, en demandant aux personnes concernées, qui souhaitaient un débat
 privé.

[Publié par malacoda.noblogs.org, 27.07.2021; traduit par attaque.noblogs.org, 04.08.2021].

* * *

Pour lui Ă©crire :

Anna Beniamino
C. C. di Roma Rebibbia femminile
via Bartolo Longo 92
00156 Roma (Italie)




Fonte: Malacoda.noblogs.org